Sylvain Riendeau

Qu'est-ce qui t'a amené.e à faire de la photo abstraite ?

 

Si je regarde un peu en arrière, je constate que ma vision et ma sensibilité photographique a toujours incluse une certaine approche abstraite.  Pour moi, la photographie, de façon globale, c'est d'abord et avant tout de “cueillir” l’ambiance particulière d’une scène, d’un moment, ou bien en saisir le caractère graphique, de transposer en photo une impression, une sensation, une perception visuelle. Beaucoup inspiré par les peintres du mouvement impressionniste, cela a certainement influencé, consciemment ou non, ma propre façon d'aborder et de percevoir l'environnement qui nous entoure, de laisser la photo abstraite de plus en plus émerger, librement et sans contraintes.


Quels sont les types de sujets/scènes qui l'inspirent le plus ?

 

Tout m'inspire, allant du plus grandiose paysage, au sujet des plus insolites, jusqu'à de simples reflets et jeu de lumières sur un plat en verre texturé.  Photographe de l'instinct, je me laisse plutôt guider par mes perceptions, mes émotions, par ce qui capte non seulement mon regard, mais également et beaucoup mon imaginaire.


Quel serait pour toi la définition d'une photo abstraite ?

 

La question!  N'étant pas du genre à vouloir catégoriser tout dans la vie, c'est une question à laquelle je ne me suis pas vraiment attarder (rire!).   Je dirais qu'une photo abstraite, c'est tout sauf une photo de type documentaire, c'est la perception visuelle plutôt personnelle d'une réalité que l'on ne reconnaît pas au premier regard, qui génère plus de questions que de réponses, qui éveille un monde imaginaire en nous, que l'on ne regarde pas avec notre tête, mais avec notre sensibilité visuelle.


Est-ce que tu considères suivre une ligne directrice, une démarche ? 


Bonne question!  Pour moi, la photo est non seulement un mode de vie, mais surtout un moyen d’expression artistique, une façon de communiquer ma perception et ma vision bien personnelle de ce qui m'entoure.  Réalisme ou imaginaire, ces deux réalités se côtoient sans distinction dans mes compositions ou créations.    Ma seule véritable ligne directrice est la liberté, de laisser émerger créativité et imaginaire, sans «oeillères» et peurs du « qu'en-dira -t'on»


Pourquoi l'abstrait ?

 

Parce que ça fait partie de mon ADN, parce que je ne fais aucune différence entre la photographie dite plus traditionnelle celle plus abstraite.  Pour moi, pour chaque réalité figurative, il y a son pendant abstrait, le tout n'est que dans la façon de voir, de percevoir.


Comment décrirais-tu ton évolution photographique avec le temps ?

 

Au fil du temps, le réalisme a de plus en plus céder la place à l'imaginaire, à la vision créative, au regard de plus en plus personnelle. Je dis souvent, à la blague, face aux points d'interrogations que je perçois dans le regard des gens, que la photographie, pour moi, est plus une forme de poésie visuelle qu'un acte documentaire, je pense que ça résume bien le tout.

  • Facebook
  • Instagram