Christine Simard

Qu'est-ce qui t'a amenée à faire de la photo abstraite ?

 

Adolescente je faisais de la peinture et je commençais déjà à être attiré par des sujets ou l'impression l'emportait sur le figuratif. J'ai toujours eu naturellement un sens développé pour l'abstrait. Comme ma première formation est en Arts, mon œil s'est développer au fil du temps dans ce sens. J'avais un cours de photo et j'aimais prendre des scènes géométriques ou encore des extractions de lieux où je ne montrait pas l'ensemble. C'est avec le groupe Lumières abstraites que j'ai vraiment plus développé ma pratique de photo abstraite depuis 2013.

 

Quels sont les types de sujets/scènes qui l'inspirent le plus ?

 

J'aime beaucoup la rouille, les matériaux naturels comme le végétal, l'eau, la terre, le bois, les lieux en décrépitude. Plus souvent qu'autrement c'est une lumière, une atmosphère qui attirera mon œil, apparemment que j'ai le don de voir des choses que la moyenne des gens ne voit pas. Lorsque je suis dans un lieu, je suis toujours attiré par les recoins où autres choses se passent que l'attrait principal du lieu.

 

Quel serait pour toi la définition d'une photo abstraite ?

 

Pour moi le non-figuratif est certainement une partie importante de l'abstraction. Aussi, lorsque je perd mes repères du réel qui m'entoure. L'abstrait me permet une grande créativité, lorsqu'une lumière, une forme, une texture m'appellent et que je me laisse porter par l'effet que cela produit en moi. L'abstrait me fait manifester des possibles à partir de scènes banales où d'autres perceptions peuvent prendre vie et ce pour chaque personne qui regarderont les photos.

 

Est-ce que tu considères suivre une ligne directrice, une démarche ?

 

Oui je pense, je ressens que ma ligne c'est d'offrir la possibilité d'ouvrir sur un monde intérieur, de révéler ce qui se voit avec une attention plus fine. D'inspirer le monde à s'ouvrir sur d'autres choses que ce qui saute aux yeux afin qu'ils puissent s'approprier leur propre expérience.

 

Pourquoi l'abstrait ?

 

Parce ma créativité est tout simplement au rendez-vous et que cela me nourrit.

 

Comment décrirais-tu ton évolution photographique avec le temps ?

 

Le groupe «LA» m'a beaucoup stimulé. Je ne suis pas beaucoup dans la technique par contre, de ce côté j'ai beaucoup à apprendre. Mais chose certaine j'ai développé davantage mon sens de l'observation et ma créativité depuis quelques années. En janvier 2018 je ferai ma première exposition qui se nomme «Paysages oniriques», il y a de plus en plus de propositions qui s'offre à moi par exemple des sites web, pochettes de disque, recueil de poésie. Je compte faire de plus en plus de photo qui participe à l'enrichissement artistique.

 

  • Facebook
  • Instagram